Qu'est ce que l'analyse non-duelle?

Vers notre nature vraie

Notre nature originelle est modifiée par l'éducation que nous recevons de nos parents, qui, eux-même l'ont reçue de leur entourage, de leurs ancêtres comme héritage. Cette nature originelle vibre de toutes ses pures qualités vitales, singulières et originales, au-delà des jugements et des cloisonnements, un peu comme le sont des pigments de couleurs naturelles dont l'oeil sait intuitivement reconnaitre la beauté vraie. Or, pour entrer dans la dimension humaine, un petit d'homme doit connaitre les lois qui prévallent dans la société, et s'approprier ce qui spécifie les humains; à savoir-le langage-

 Ce que le langage nous apporte, c'est la possibilité d'exprimer à un autre ce qui s'agite au dedans de nous, de le partager avec nos congénères et se confronter à leur retours. De cette façon naissent la connaissance et la culture.

Or, le langage et la connaissance, ce système complexe de codes, de signes, de sons, d'images associées, a aussi un revers de médaille puisqu'il concourt à travestir la qualité primordiale de l'être, à la cloisonner et la cristalliser en autant de petits éléments solides, opaques et fragmentaires. Fort de cette "impression artificielle de soi" nous oublions les forces réelles qui sont les nôtres, l'espace sans mesure de notre présence et nous tournons en boucle dans un territoire de plus en plus restreint,  nous isolant les uns des autres. 

Pour nous les humains, le langage est primordial. Il nous relie. Nous devons apprendre néanmoins à ne pas nous y "engluer", à ne pas nous y perdre complètement. Porteur de sens comme de limitation, nous avons la possibilité de l'utiliser jusqu'à sa fin, et d'entreprendre un voyage bien au-delà de ce que nous avons raconté, ou entendu à notre propos. Nous avons la possibilité d'explorer, au delà de la personne dont nous nous sommes fait le défenseur, notre véritable visage originel ignoré ou oublié.

Il ne s'agit nullement d'une utopie, comme d'un mythique retour au paradis perdu, nous détournant de la vie dans sa réalité actuelle. Non, c'est aussi dans ce monde que ce manifestent ces retrouvailles avec la nature vibrante de notre vitalité. C'est dans cette présence unique et singulière à ce monde que nous révèlons le sens du sacré.   

 

Voir les choses telles qu'elles sont

L'analyse non-duelle n' est pas seulement une forme de thérapie. Si une grande partie de ce travail est en effet d'ordre thérapeutique et psychanalytique, visant par ce à libérer des souffrances émotionnelles et énergétiques qui encombrent l'ETRE,  il ne s'y résume pas. La part la plus fondamentale de cette exploration a pour but de s'extraire de l'illusion du "Telling" pour donner accès à l'"être primordial", c'est-à dire: à une vision des choses telles qu'elles sont.

"Voir derrière les apparences libère.

Voir le fonctionnement des choses libére

Voir qui l'on est libére."

Il s'agit d'une méthode d'investigation très ancienne, dont on retrouve la lignée en Perse et en Inde, puis dans le Bouddhisme dans son approche directe. Dans notre travail, ici en France, cette approche s'est unie aux recherches psychanalytiques qui sont désormais un terreau commun  Occident/Orient concernant la démarche analytique en tant que méthode de soin psychique. 

Une analyse non-duelle n'est pas une thérapie brève. Ce n'est ps non plus un "coatching". Celui ou celle qui vient en analyse ne va pas recevoir de solution miracle. Réussir n'est pas le but de ce travail.  La transformation dont il s'agit dépend de la continuité dans cette exploration de soi, par soi. Qui , en effet peut nous révéler mieux que nous-même?

 

A quoi sert donc l'analyste alors?

Comme on l'a vu, l'analyste n'est pas un médecin. Il ne délivre aucun médicament. Il n'est pas coatch. Il n'a aucune solution à proposer hormis de se chercher soi-même, à partir de soi-même. Son rôle est d'accompagner, de donner des appuis, de "réfléchir" ce dont il est le dépositaire-écoutant. Il ne faut pas se méprendre sur cette qualité d'écoute qui n'est nullement passive, ni la conséquence d'une posture floue. La qualité de présence, les "réflexions" de l'analyste; sa discipline profonde d'ancrage ramène l'analysant vers lui-même. C'est grâce à cette réflexion, qui est un échange et une rencontre de haute exigence qu'il est possible de résister à l'illusion  facile et brumeuse de la semblance. Ainsi, dans la poursuite comprise de cette collaboration qui est "recherche fondamentale", peu à peu, il est possible de libérer la souffrance, et de toucher la joie d'être tel que l'on est.

 

Quelques recommandations au préalable

Commencer une analyse est un engagement profond et passionnant. On ne peut venir par curiosité. Seul, un authentique désir de sortir de la souffrance et de toucher sa réalité peut permettre ce voyage. Néanmoins, il est possible de s'initier à ce travail et en le considérant seulement comme une thérapie classique si on le souhaite.

Il faut savoir que ce travail intérieur n'est pas de tout repos et qu'il entraine la rencontre avec  nos résistances, nos doutes, nos peurs et nos ombres les plus cachées. La détermination consciente se fracasse bien souvent contre ces "conglomérats" de mémoires .Il nous faudra plus que de la détermination. Il faudra du courage et de la ruse pour désamorcer les sabottages qui vont nous détourner régulièrement du travail de mise en conscience. 

Cette rencontre avec l'essence de ce que nous sommes est puissante de transformation et de compréhensions, de mises en lien avec l'infini des choses qui nous entourent.  

 

Cheval lascaux